Pour vos chiensL’éducation de votre chien

novembre 12, 2021Par user

Les Origines du chien

Le chien descend du loup et cette lointaine parenté explique de nombreux comportements et besoins de votre compagnon. Le loup, encore craint et redouté aujourd’hui est un prédateur carnivore et un mammifère social vivant en meute et obéissant à une structure hiérarchique complexe et rigoureuse. Certaines races comme le Sptiz, le Berger Allemand, ou les races nordiques, présentent de nombreuses similitudes physiques avec le loup, et toutes les races ont en commun certains besoins et certains comportements, plus ou moins affirmés : la chasse, la vie en société …

La rencontre avec l’homme

Depuis très longtemps (la préhistoire) le chien remplit à la fois une fonction de travail et une fonction affective. L’évolution vers les espèces connues aujourd’hui est le résultat de sélections voulues et réalisées par l’homme.

Principe généraux :

Quand le chien intègre votre famille, vous devenez  »sa meute », il doit se positionner dans cette meute. C’est par la mise en place d’une relation de confiance avec l’homme que l’apprentissage a les meilleures chances de réussir. Dans tous les cas, n’oubliez pas que le chien comprend davantage l’intonation de la voix, les attitudes et la gestuelle que les mots en eux-mêmes. Choisissez des ordres courts, toujours les mêmes que vous précéderez toujours du nom de votre chien. Par exemple, un « non ! » d’un ton ferme et sec sera mieux compris qu’un non-dit gentiment et sans conviction.

1. La récompense

La récompense est sans doute le moyen le plus facile et le plus efficace pour parvenir au comportement souhaité. Elle doit rester exceptionnelle et devenir peu à peu aléatoire.

2. La punition

La main doit être utilisée pour les caresses, les félicitations et les récompenses. Evitez autant que possible de vous servir de votre main. Arrêtez instantanément l’activité avec lui et élevez la voix en utilisant des mots courts et simples sur un ton sec. Détournez-vous de l’animal, ne vous en occupez plus et isolez-le pendant 1 ou 2 heures.

3. L’obéissance : « Assis » – « Couché » – « Stop » – « reste »

Pour pouvoir vous suivre partout et vivre en société, votre chien doit répondre à certains ordres : s’asseoir, se coucher, revenir vers vous lorsque c’est nécessaire. Utilisez des ordres courts, dit sur un ton impératif, et toujours précédé de son nom. Les ordres doivent être répétés 1 à 2 fois, pas plus. Récompensez-le systématiquement en cas de succès. Vous devez établir un système de récompenses lorsque vous êtes content de lui, afin de renforcer sa confiance. Apprenez-lui une seule chose à la fois et procédez par étape. Toute la famille doit participer à l’éducation du chien, notamment pour le rappel, ainsi le chien pourra obéir à tous les membres de la famille quelles que soient les circonstances.

4. Le rappel

Dès son arrivée à la maison, vous devez habituer votre chiot à son nom et à revenir quand vous l’appelez. L’apprentissage du rappel doit se faire le plus tôt possible. L’attitude et le ton sont primordiaux pour réussir, appelez toujours votre chien d’un ton joyeux et sans crier. Accroupissez-vous, tapez dans vos mains, votre appel doit être une invitation à des caresses, des câlins pour votre chiot, vous devez lui donner envie de revenir Récompensez-le et félicitez-le à chaque fois qu’il revient, même au bout d’un quart d’heure ! Le plus simple pour lui apprendre sans danger pour lui est de vous munir d’une grande longe de plusieurs mètres. Testez régulièrement son rappel pendant les promenades, votre chien doit rester à portée de votre vue et totalement sous contrôle.

5. La marche en laisse et la marche au pied

Toujours pour des raisons de commodités, votre chien doit savoir marcher en laisse le plus tôt possible et aussi au pied.

Votre chien doit comprendre qu’il n’y a qu’une position ‘confortable’ pour lui, c’est quand il est à vos pieds. Lorsqu’il se met de lui même à votre hauteur, félicitez-le et répéter l’ordre « au pied » (ou « reste » selon ce que vous préférez). En revanche, dès qu’il se met à tirer, dites un « non » ferme et tirez la laisse d’un coup sec.

Une fois que la marche en laisse est acquise, vous pouvez lui apprendre à rester au pied sans laisse. Commencez la promenade avec la laisse. Après quelques minutes, enlevez-lui la laisse en disant l’ordre « au pied ». Si votre chien accélère et part au-devant, dites un « non » ferme et rattachez-le. Vous pouvez lui apprendre cet exercice en étant arrêté au départ. Faites le asseoir (vous lui aurez préalablement appris cet ordre), détachez la laisse et dites « assis, au pied » (ou « assis reste », si vous lui avez appris à rester arrêter à vos pieds). Vous pouvez ruser en faisant mine de détacher la laisse. Pour commencer l’éducation, évitez les laisses à enrouleurs. La laisse doit mesurer entre 90 cm et 1 m de façon à assurer la transmission des informations à votre chien. En cas de difficulté, vous pouvez utiliser les colliers d’éducation. Pour plus de sécurité, commencez ces exercices dans un endroit clôturé.

La prévention des troubles du comportement

Ce sont à la fois les bonnes origines du chiot, et les bonnes conditions dans lesquelles il a été élevé qui construisent les bases de son équilibre. C’est pourquoi nos chiots sont socialisés par le personnel de nos magasins qui prennent la suite de l’éleveur. Mais il lui reste encore beaucoup de choses à apprendre avec sa nouvelle famille.

1. Syndrome de privation sensorielle:

La cause : la pauvreté des expériences sensorielles dans les premières semaines de développement du chien, ce qui entraîne une malformation des zones nerveuses spécialisées dans la gestion des informations sensorielles. Les symptômes : manifestations neurovégétatives (ptyalisme, diarrhée de stress, lâchage glandes anales), réactions d’évitement, de fuite ou d’agression par peur.

2. Hypersensibilité-hyperactivité (HSHA):

La cause : absence d’un adulte régulateur compétent (mère paresseuse, trop de chiots …) ou séparation trop précoce de la mère, même temporaire qui entraînent un mauvais mécanisme de filtrage des informations responsables d’Hypersensibilité et un manque des contrôles moteurs responsables d’Hyperactivité. Ces troubles du comportement touchent surtout les races à la mode (labrador, golden, jack russel …). Les symptômes : comportement alimentaire, dipsique, somesthésique (léchage), éliminatoire, sommeil, comportement d’agression (pas d’inhibition de morsure) …

Quelques erreurs à ne pas commettre

Le conforter dans sa position de dominant : le laisser dormir sur le lit – le nourrir à table – le faire manger avant vous – crier sur le chien longtemps après qu’il ait fait une bêtise (durant votre absence). Le chien a une mémoire immédiate et ne fera pas le rapport entre sa bêtise et vos cris mais seulement entre vos cris et votre retour.

Lors des promenades, ne rentrez pas votre chien immédiatement après que celui-ci ait fait ses besoins, il associerait besoins = fin de promenade = punition et il se retiendrait lors des autres sorties, ce qui est mauvais.

Nettoyer ses bêtises devant lui. En effet il comprend qu’il a réussi à attirer votre attention, par ailleurs, le fait de vous baisser est pour lui un appel au jeu.

Nettoyer avec de l’eau de javel. L’eau de javel les attire et n’est pas du tout un répulsif.

Manifester sa joie de le revoir, ritualiser le retour peut rendre au chien l’absence de son maître difficile.

Insister au moment de le quitter. Ritualiser le départ peut rendre au chien l’absence de son maître difficile. Souvenez-vous il n’a pas la notion du temps.

Réveiller un chiot qui dort, vous risquez de perturber son cycle de sommeil.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique